Nara Noïan sort ‘5’, un vrai numéro d’amour

Troubadour et amoureuse, cette drôle de Diva conjugue les deux facettes. En bon troubadour, Nara Noïan s’est beaucoup gaussée des frontières. Née en Arménie, expatriée en France, aujourd’hui installée en Belgique, elle a partagé ses arts avec des créateurs de tous horizons : depuis l’Arménie bien sûr (elle a été interprète principale du film Garod de Frounzé Dovlatian) en passant par la francophonie, l’Orient, les musiciens slaves, du monde gitan, ou celui du théâtre belge…

Image

Le nouvel album de Nara Noïan

Son dernier album, ‘5’, renouvelle cette habitude avec par exemple la slameuse Sofi d’Ailleurs pour un tonitruant titre d’ouverture Madeleine et Ali.

Amoureuse aussi, car cet album aurait tout autant pu s’appeler Ser, Love, ou Lioubov, c’est à dire « amour », en arménien, anglais et russe… mais c’eut été trop banal.

Comme Lady Gaga’ elle fait donc mine de vous ‘raconter n’importe quoi’*, mais joue en réalité de son autodérision et de sa sensualité pour célébrer le plus fort des sentiments dans tous ses états. Derrière son éternelle frange noire ses yeux de braises ont sans doute aussi vu de moins belles choses, mais en musique, elle panse les douleurs. Une touchante gravité affleure ainsi parfois pour souligner la douceur de l’émotion.

Comme dans ses précédents albums, ses parents, enfants, amis, son compagnon, sont les destinataires de déclarations en forme de compositions instrumentales aussi explicites que des mots, que ce soit en solo de piano, l’instrument fétiche dont elle joue avec légèreté, ou accompagné de l’éternel duduk et d’une guitare sensitive.

A côté de ces touches personnelles, la vie triomphe dans d’autres morceaux où trombone, tuba, trompette, saxo, clarinette et percussions résonnent sur des rythmes énergiques et comiques, gypsy ou mystérieux. Tout cela pour parler d’amour vache, de sentiments profonds, de vodka et d’évasion, en riant fort ou en recueillement, entre des reprises à fleur de voix des plus grands chanteurs français de l’amour (Hier encore d’Aznavour, ou la Chanson des vieux amants de Brel), qui rappellent l’éphémère de toutes ces choses qui nous embrasent.

En somme un beau pêle-mêle que le 5ème album de cette diva, qui séduit un public grandissant au fur et à mesure de ses venues, conquis par sa simplicité épanouie.

Jilda Hacikoglu

*Extrait des paroles de ‘La Diva’ un des titres chantés en duo avec le trompettiste Gregory Houben

Nara Noïan sera en concert à Paris le vendredi 4 octobre 2013 – 20h30 / Centre culturel Alex Manoogian (UGAB) /118 rue de Courcelles – Paris 17ème / Renseignements 06 07 15 35 28

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s