Archives du mot-clé Communication

Jeux de mots et d’images, un 8 mars dans « Le Monde »

Vus dans Le Monde du 8 mars 2016, des images et des mots qui en disent long ou pas, une chose ou son contraire, ou tout simplement une vérité crue. Petit balayage rapide et questions existentielles…

Sur la question des réfugiés, certaines photos en disent plus que les textes.

IMAG4537

Quand on voit cette photo des deux encadrants un Davutoglu souriant, on ne peut s’empêcher de remarquer que tous les trois se tiennent rigoureusement pareil, effet miroir compris.

Toute la rhétorique du langage corporel se trouve illustrée dans cette posture manifestement copiée par chacun des trois pour simuler l’accord, l’entente, l’adhésion. On conseille très souvent aux aspirants candidats lors d’un entretien d’embauche d’adopter ce genre de mimétisme pour emporter le morceau.

Mais ici, qui imite qui dans cette photo ? Qui veut quoi de l’autre ?

Pas si simple, et clair à la fois. Il n’y a que trois personnages sur la photo, derrière lesquels se joue le sort de millions de circulants en Europe et en dehors, toutes nationalités confondues… Catastrophe à retardement ?

 

En matière diplomatique maintenant, certains mots cachent des pratiques peu avouables. Comme cette « pratique protocolaire courante » de l’Elysée pour vendre, pardon, récompenser de la légion d’honneur un Prince héritier d’Arabie Saoudite.

IMAG4538

Le dit récipiendaire est récompensé pour quoi déjà ? Cela l’Elysée se garde bien d’en faire grand état, car rien n’est plus discutable. En revanche, c’est un héritier qui aura su acheter tant d’armes à la France… pour en faire quoi au fait ?

Une extrapolation : serait-ce de la fiction d’imaginer que ces armes pourraient un jour viser des « civils innocents » en Syrie, en France ou ailleurs ? Là où l’on encadre si bien tous ces circulants en les faisant gérer par la Turquie.

Certes il ne faut point s’avancer sans savoir, mais il est tout aussi difficile de ne pas penser que la réalité dépasse si souvent la fiction…

 

Enfin certaines caricatures frappent par leur clarté. Quelle surprise de voir ensuite cette caricature  illustrer un article sur la fermeture des « bars à hôtesses » à Marseille.

IMAG4539

C’est clair, tout bête, et on se sent tout à coup plus à l’aise avec l’ensemble, car a priori on n’a pas à discerner ce qui se trame derrière un voile savamment agencé. Rien n’est caché.

 

Résultat des courses : entre les mots et les images manipulés avec soins, et la caricature qui ne se cache pas, il semblerait bien que la démarche la plus proche de la vérité ne soit pas là où on pourrait l’attendre…

C’est peut-être pour cela que la caricature est ce que l’on cherche à dézinguer en premier.

Jilda Hacikoglu

Publicités